Site Complet

Dune du Sud (QC024)

Recherche

Dune du Sud (QC024)

Îles-de-la-Madeleine, Québec

Latitude 47,509°N
Longitude 61,681°O
Altitude 0 - 10m
Superficie 23,19km²

Description du site

La dune du Sud, qui est située à l'intérieur de l'archipel des Îles-de-la-Madeleine, débute son parcours sur la côte nord-est de l'île du Havre aux Maisons avant de former la limite sud de la lagune de la Grande Entrée. Une route (la route provinciale 199) en longe une partie sur l'île du Havre aux Maisons. La végétation de la dune est caractérisée par la présence de l'ammophile à ligule courte (Ammophila breviligulata) et de quelques groupements d'élymes des sables (Elymus arenarius), deux espèces de plantes qui poussent dans ce milieu et qui ont pour fonction de stabiliser la formation. À l'est de la dune s'étend une plage de sable et de galets qui s'étire sur 19,9 km et dont la largeur varie de 20 à 40 m. Un peu plus loin vers l'intérieur, on retrouve un ensemble de dunes plus stable appelé Les Sillons. Les dunes de cet ensemble sont recouvertes d'une végétation abondante et il arrive parfois que des étangs se forment dans les creux qui les séparent.

Oiseaux

Les écrits officiels et non officiels font mention d'un nombre important de Pluviers siffleurs à cet endroit depuis les 20 dernières années. Il a en effet été constaté que la population de cette espèce représentait régulièrement bien au-delà de 1 % de la population estimée de l'Atlantique canadien. Depuis 1979, le nombre d'oiseaux nicheurs s'est échelonné de 6 à 22 (en 1992 et 1994, respectivement). En 1996, année de l'Inventaire mondial des Pluviers siffleurs, on y a dénombré 21 individus, ce qui équivaut à 5 % de la population estimée de l'Atlantique canadien et à près de 1 % de l'ensemble de la population de l'Atlantique. Au cours des cinq dernières années (de 1994 à 1998), on y a enregistré une moyenne de 6,8 couples nicheurs. Après la période de nidification, le nombre de pluviers peut atteindre jusqu'à 45 individus (mi-juillet 1992).

Il arrive aussi à l'occasion que la plage et les eaux environnantes du site soient fréquentées par un grand nombre de Fous de Bassan (5000) et de Grands Cormorans (300). La pointe de la dune sert également de lieu de repos aux Cormorans à aigrettes, aux goélands et aux phoques. Enfin, les dunes matures hébergent des Grèbes esclavons et des Hiboux des marais nicheurs.

Enjeux de conservation

Depuis 1987, le Service canadien de la faune et Attention Frag'îles, un groupe écologique des Îles-de-la-Madeleine, mènent des recherches sur le Pluvier siffleur dans l'archipel. L'information obtenue sert notamment à mettre sur pied des programmes de sensibilisation qui visent à aider les résidents et les touristes à mieux comprendre les menaces qui pèsent sur cette espèce. Parmi les mesures qui ont été entreprises, on compte la mise en place de clôtures délimitant le territoire de nidification de l'oiseau et l'installation de panneaux qui spécifient pourquoi ces secteurs sont aussi importants pour cette espèce.

Dans la totalité de l'archipel, les véhicules tout terrain continuent d'effectuer des dommages en dérangeant les oiseaux nicheurs et en détruisant leurs habitats. Même si un règlement municipal interdit maintenant leur accès sur les plages, il a été noté qu'un certain usage continuait de subsister. La fréquentation des plages par un nombre de plus en plus important de visiteurs est également un facteur à considérer pour l'avenir des oiseaux. Enfin, un déversement d'hydrocarbures demeure toujours possible étant donné l'achalandage de la voie maritime du Saint-Laurent.

Habitat du poisson

Le secteur est un véritable paradis marin pour de nombreuses espèces de vertébrés et d'invertébrés marins. Les eaux profondes du Golfe hébergent une variété de crustacés, de mollusques et de poissons benthiques, dont la limande à queue jaune, la plie rouge et le flétan Atlantique, une espèce très appréciée des pêcheurs commerciaux. Le homard occasionne des retombées économiques importantes pour la région. Au large des côtes, de nombreuses espèces peuplent les eaux. Par exemple, le maquereau bleu possède une grande importance, tant pour l'industrie de la pêche que pour son rôle dans la chaîne alimentaire. Les plages de sables sont peuplées de mactre de l'Atlantique et de mye commune, deux espèces faisant l'objet d'une pêche récréative par la population locale. La mactre de l'Atlantique est également pêchée de façon commerciale avec des outils à main et des dragues hydrauliques Les marais à spartine et les nombreux ruisseaux parsemant le territoire constituent des aires d'alimentation et de repos pour une multitude de poissons, tels l'éperlan arc-en ciel et l'anguille d'Amérique. Les ruisseaux servent également à la reproduction de certaines espèces, comme l'éperlan arc-en ciel.

Les principales pressions sur l'habitat du poisson sont liées aux activités portuaires, à la navigation, au dragage et à l'augmentation de l'érosion côtière (augmentation des sédiments en suspension, augmentation du bruit, enrochements, etc.).

Principales espèces présentes :
Anguille d'Amérique
Éperlan arc-en ciel
Flétan atlantique
Hareng atlantique
Homard
Limande à queue jaune
Mactre de l'Atlantique
Maquereau bleu
Mye commune
Plie rouge

Catégories ZICO Habitats Usages Menaces Potencielles ou Existantes Status de Protection
Fou de Bassan
Nombre Année Saison
5 0002009Été
5 0001994Printemps
Pluvier siffleur
Nombre Année Saison
52015Été
42015Printemps
212011Été
6 - 92009Été
182006Été
162001Été
21998Été
14 - 211996Été
131995Été
111994Été
51993Printemps
10 - 451992Été
8 - 161991Été
9 - 101991Printemps
6 - 81990Été
8 - 141989Été
8 - 161987Été
71974Hiver
Grand Cormoran
Nombre Année Saison
2001990Printemps
1001986Automne
3001974Été
3001974Hiver