Site Complet

Plages de La Martinique et de Havre-Aubert (QC005)

Recherche

Plages de La Martinique et de Havre-Aubert (QC005)

Îles-de-la-Madeleine, Québec

Latitude 47,296°N
Longitude 61,922°O
Altitude 0 - 10m
Superficie 7,23km²

Description du site

Les plages de La Martinique et de Havre-Aubert bordent le côté est de la lagune du Havre aux Basques qui est située entre l'île du Havre Aubert et l'île du Cap aux Meules, à l'intérieur de l'archipel des Îles-de-la-Madeleine. Les plages, qui sont contiguës, s'étendent sur une distance de 12,6 km, et leur largeur varie de 20 à 40 m. On retrouve la plage de La Martinique au nord alors que celle de Havre-Aubert occupe la partie sud. Les plus hautes portions des plages ainsi que les dunes sont principalement recouvertes par l'ammophile à ligule courte (Ammophila breviligulata) et par quelques groupements d'élymes des sables (Elymus arenarius). La route provinciale 199 longe le site du nord au sud.

Oiseaux

Cette longue étendue de sable fournit un territoire de nidification idéal pour le Pluvier siffleur, une espèce vulnérable au niveau mondial et en danger de disparition au niveau national. Les recensements effectués depuis 1974 démontrent la présence régulière de cette espèce à cet endroit; leur nombre variant d'aussi peu que 2 individus en 1979 et 1990 à 20, en 1996, année de l'Inventaire mondial des Pluviers siffleurs. Entre 1995 et 1998, il a été calculé que 7 couples en moyenne nichaient à cet endroit, ce qui représente 3 % de la population de l'Atlantique canadien.

Les eaux du secteur accueillent également, au cours de l'été, un certain nombre d'oiseaux marins, tels que les sternes, les goélands et les fous, en quête de nourriture. Enfin, lors de la migration automnale, il n'est pas rare que les plages abritent plusieurs autres espèces de limicoles, le Bécasseau sanderling et le Courlis corlieu formant les groupes les plus nombreux.

Enjeux de conservation

Depuis 1987, le Service canadien de la faune mène des recherches sur le Pluvier siffleur à cet endroit. L'information obtenue sert notamment à mettre sur pied des programmes de sensibilisation qui visent à aider les résidents et les touristes à mieux comprendre les menaces qui pèsent sur cette espèce. Parmi les mesures qui ont été entreprises, on compte la mise en place de clôtures délimitant le territoire de nidification de l'oiseau et l'installation de panneaux qui spécifient pourquoi ces secteurs sont aussi importants pour cette espèce.

Les plages de La Martinique et de Havre-Aubert ont connu une popularité croissante au cours des années, augmentant du même coup le niveau de dérangement des oiseaux nicheurs. Au cours des dernières années, des parcs de stationnement, des sentiers en bois et une passerelle ont été érigés de façon à éviter que la végétation sur les dunes ne soit endommagée. En 1995, les municipalités ont également adopté un règlement municipal interdisant l'accès aux plages aux véhicules tout terrain; malgré cette interdiction, il a été noté qu'un certain usage continuait de subsister.

Habitat du poisson

Le secteur est un véritable paradis marin pour de nombreuses espèces de vertébrés et d'invertébrés marins. Les eaux profondes du Golfe hébergent une variété de crustacés, de mollusques et de poissons benthiques, dont la limande à queue jaune, la plie rouge et le flétan Atlantique, une espèce très appréciée des pêcheurs commerciaux. Le homard occasionne des retombées économiques importantes pour la région. Au large des côtes, de nombreuses espèces peuplent les eaux. Par exemple, le maquereau bleu possède une grande importance, tant pour l'industrie de la pêche que pour son rôle dans la chaîne alimentaire. Les plages de sables sont peuplées de mactre de l'Atlantique et de mye commune, deux espèces faisant l'objet d'une pêche récréative par la population locale. La mactre de l'Atlantique est également pêchée de façon commerciale avec des outils à main et des dragues hydrauliques Les marais à spartine et les nombreux ruisseaux parsemant le territoire constituent des aires d'alimentation et de repos pour une multitude de poissons, tels l'éperlan arc-en ciel et l'anguille d'Amérique. Les ruisseaux servent également à la reproduction de certaines espèces, comme l'éperlan arc-en ciel.

Les principales pressions sur l'habitat du poisson sont liées aux activités portuaires, à la navigation, au dragage et à l'augmentation de l'érosion côtière (augmentation des sédiments en suspension, augmentation du bruit, enrochements, etc.).

Principales espèces présentes :
Anguille d'Amérique
Éperlan arc-en ciel
Flétan atlantique
Hareng atlantique
Homard
Limande à queue jaune
Mactre de l'Atlantique
Maquereau bleu
Mye commune
Plie rouge

Catégories ZICO Habitats Usages Menaces Potencielles ou Existantes Status de Protection
Mouette rieuse
Nombre Année Saison
72016Automne
452014Hiver
112013Hiver
62001Automne
Pluvier siffleur
Nombre Année Saison
52017Été
42016Été
62015Été
82011Été
12006Été
82001Été
31998Été
51997Été
181996Été
41991Été
21990Été
41989Automne
81989Été
7 - 141987Été
61983Été
21979Été